GOOGLE organise l’information mondiale et la rend accessible et utile à tous

La firme américaine google jouit d’une réputation mondiale et d’un monopole sur le web avec les nombreux services technologiques qu’elle propose : moteur de recherche (barre de recherche), service gratuit (différents onglets en haut de la page de résultats de recherche) pour consulter les actualités, des vidéos, des images, utiliser la géolocalisation Google Maps et Google Earth, la régie de publicité Google Adsense, etc.

Google a voulu organiser l’information à l’échelle mondiale et faciliter son accessibilité digitale à un niveau universel. L’entreprise s’est développée au fil des années et s’est ouverte sur de nombreux domaines technologiques.

Tour d’horizon avec votre agence SEO afin de mieux connaitre ce géant monopolistique qui a su diversifier ses activités et augmenter rapidement sa valeur en bourse.

GOOGLE et ses débuts

Tout commence en 1995 avec la rencontre de deux étudiants californiens en informatique, à l’université de Standford aux Etats-Unis : Larry Page et Sergey Brin.

En 1996, après avoir obtenu leurs diplômes, ils décident de créer leur premier moteur de recherche : BackRub, qui sera hébergé sur les serveurs de l’université. Sa fonction première est l’analyse des liens qui pointent vers un site web. Toutefois, l’outil consomme énormément de bandes passantes et les deux créateurs décident de reprendre leur projet en main.

Nous sommes alors en 1998 et c’est à ce moment-là que BackRub devient GOOGLE.

Google 2

Google, le géant de Mountain View

Andy Bechtolsheim, l’un des fondateurs de Sun Mycrosystems, convaincu par le projet des deux étudiants va investir 100 000$. La famille et les amis vont également apporter leur contribution. Un montant total d’un million de dollars sera réuni pour la fondation de la compagnie Google Inc. Craig Silverstein, un camarade de Stanford va rejoindre Larry Page et Sergei Brin dans l’aventure. En 1999, l’entreprise va déménager à la Mountain View.

L’entreprise en pleine croissance va bénéficier d’une nouvelle levée de fonds de 25 millions de dollars. Au quotidien, les internautes font en moyenne, 3 millions de recherches sur le moteur de recherche et c’est ce qui attire de nombreux annonceurs.

Google est une entreprise qui a commencé ses activités par le lancement de son moteur de recherche. D’un point de vue historique, l’entreprise a longtemps gardé le monopole avant d’être concurrencée par AltaVista, Yahoo et Bing.
Cette position lui a permis de faire de nombreuses acquisitions et développements. Il est aujourd’hui propriétaire de plusieurs logiciels et plusieurs sites comme Youtube, le système d’exploitation Androïd, le service de messagerie Gmail, Google Earth, Google maps et Google Play.

En effet, en 2006, Google fait partie des dix marques mondiales les plus célèbres. En 2015, une réorganisation majeure est effectuée par son fondateur Larry Page : Google est devenu une filiale du groupe Alphabet et toutes les branches qui n’ont pas de rapport avec l’informatique ou internet sont devenues des filiales de ce groupe (« Nest » pour la domotique et les objets connectés, « Fiber » pour la fourniture d’accès internet, « Life Sciences » pour freiner le vieillissement, « Ventures » pour améliorer les investissements, « X » le laboratoire pour développer de nombreux projets, « Capital » pour la finance).

Google, le géant de Mountain View

Andy Bechtolsheim, l’un des fondateurs de Sun Mycrosystems, convaincu par le projet des deux étudiants va investir 100 000$. La famille et les amis vont également apporter leur contribution. Un montant total d’un million de dollars sera réuni pour la fondation de la compagnie Google Inc. Craig Silverstein, un camarade de Stanford va rejoindre Larry Page et Sergei Brin dans l’aventure. En 1999, l’entreprise va déménager à la Mountain View.
L’entreprise en pleine croissance va bénéficier d’une nouvelle levée de fonds de 25 millions de dollars. Au quotidien, les internautes font en moyenne, 3 millions de recherches sur le moteur de recherche et c’est ce qui attire de nombreux annonceurs.

Google est une entreprise qui a commencé ses activités par le lancement de son moteur de recherche. D’un point de vue historique, l’entreprise a longtemps gardé le monopole avant d’être concurrencée par AltaVista, Yahoo et Bing.
Cette position lui a permis de faire de nombreuses acquisitions et développements. Il est aujourd’hui propriétaire de plusieurs logiciels et plusieurs sites comme Youtube, le système d’exploitation Androïd, le service de messagerie Gmail, Google Earth, Google maps et Google Play.

En effet, en 2006, Google fait partie des dix marques mondiales les plus célèbres. En 2015, une réorganisation majeure est effectuée par son fondateur Larry Page : Google est devenu une filiale du groupe Alphabet et toutes les branches qui n’ont pas de rapport avec l’informatique ou internet sont devenues des filiales de ce groupe (« Nest » pour la domotique et les objets connectés, « Fiber » pour la fourniture d’accès internet, « Life Sciences » pour freiner le vieillissement, « Ventures » pour améliorer les investissements, « X » le laboratoire pour développer de nombreux projets, « Capital » pour la finance).

Un zoom sur la diversification des activités de Google

L’entreprise commence à diversifier ses activités en 2002 en proposant le GB-1001 de Google Search Appliance : il s’agit d’une solution matérielle et logicielle qui permet aux utilisateurs de se connecter à leur réseau informatique pour accéder aux fonctions de recherche sur leurs propres documents.

  • En septembre 2002, Google actualités ou Google News est disponible : ce service gratuit consiste à présenter des articles publiés sur différents sites d’informations.
  • En avril 2004, Google présente son service de messagerie électronique Gmail qui se démarque de la concurrence par sa capacité de stockage de 1 Go, doublée dès 2005. Le service compte 176 millions d’utilisateurs au début de l’année 2010.
  • En 2005, le service Google Maps, figurant parmi les outils Google les plus utilisés, est lancé en ligne. Ce service de géolocalisation s’est peu à peu développé au rythme des évolutions technologiques (GPS, terminaux mobiles, etc.). En juin 2006, le logiciel Google Earth voit le jour.
  • En 2006, la firme s’offre la plateforme de partage vidéo YouTube, l’entreprise Writely spécialisée dans l’édition de texte en ligne. La mise en place du service de Cloud Computing figure parmi les innovations les plus marquantes.
  • En septembre 2008, le navigateur web Google Chrome est proposé et connait un franc succès : en effet, au bout de deux ans, le géant de Moutain View détenait déjà 6 % des parts de marché.
  • En mai 2013, Google Hangouts est disponible : également appelé vidéo-bulles, il s’agit d’une plateforme qui permet d’envoyer, de recevoir des messages instantanés et de faire des vidéoconférences. L’année 2013 est également marquée par le développement des projets de Google dans le domaine de la robotique : Boston Dynamics, connu pour avoir travaillé avec le Pentagone, figure parmi les huit sociétés acquises par la firme de Moutain View.
  • En 2014, Google achète la société Nest Labs et commence à travailler dans le domaine de la domotique. Il acquiert aussi la startup DeepMind à Londres afin d’hériter de leurs recherches en matière d’intelligence artificielle. Plusieurs autres startups spécialisées dans les nouvelles technologies sont également achetées : au mois de mars Green Throttle Games (jeux vidéo), Renaissance Learning (logiciels et services Cloud dans le monde de l’éducation), Magic Leap (interactions homme et machine). Toujours en 2014, le premier casque de réalité virtuelle fabriqué avec du carton est présenté au Google I/O. La deuxième version de ce modèle est dévoilée en mai 2015. En 2016, un autre casque de réalité virtuelle appelé Daydream View est proposé : il n’est compatible qu’avec le Google Pixel.

D’autres services comme « Sunroof » (août 2015), Trips (septembre 2016) et produits tels que les lentilles de contact électronique qui améliorent la vue (avril 2016) sont également dévoilés.

Une entreprise universelle qui présente régulièrement des innovations technologiques

L’Open Source figure également parmi les innovations les plus marquantes : en effet, Google s’est renforcé grâce aux logiciels libres et utiles dès sa création (Linux, Python, MySQL). En retour, il a décidé de lancer le « logiciel libre » afin de favoriser les programmeurs les plus compétents qui peuvent proposer et mettre en œuvre des solutions technologiques. Google a créé pour eux un environnement de travail propice afin d’encourager l’innovation. La création d’applications destinées aux appareils mobiles comme les tablettes et les terminaux Android s’est également bien développée au cours de ces dernières années.

Actuellement, Google fait partie du « Big four » (les quatre gros qu’on appelle aussi les GAFA) avec Apple, Facebook et Amazon. Il emploie environ 50 000 personnes et la plupart de ces salariés travaillent au Googleplex, le siège mondial de l’entreprise est situé à Mountain View en Californie. Ces locaux professionnels sont composés de quatre bâtiments principaux d’une surface totale de 47 038 m². Le département destiné au développement d’Android, le système d’exploitation pour Smartphone, est également centralisé dans ce quartier général.

Google possède aussi des infrastructures et des bureaux dans de nombreux pays d’Europe (à Paris dans le 9e arrondissement en France, en Irlande, en Suisse, en Espagne), aux États-Unis, en Inde, en Chine littorale, en Israël, à Dubaï, au Qatar, en Afrique du Sud, en Australie, etc.

La technologie Page Rank est le noyau qui assure le fonctionnement du moteur de recherche Google : il s’agit du premier brevet déposé par les fondateurs de Google en 1997 et enregistré en 1998 au nom de l’Université de Stanford. Comme la National Science Foundation a partiellement financé ces recherches, le gouvernement américain dispose aussi de certains droits sur cette technologie.

Cette technologie a révolutionné le monde du marketing : en effet, aujourd’hui, une stratégie webmarketing est devenue indispensable pour compléter, voire remplacer les stratégies traditionnelles.

Les derniers chiffres connus :

  • Plus de 900 000 serveurs (Parc de serveurs le plus important au monde)
  • 32 sites
  • Plus de 1000 milliards de pages web indexées
  • 6,4% du trafic Internet
  • 93% de part de marché sur les moteurs de recherche en Europe

Pour renforcer ses capacités techniques et pour pouvoir apporter une réponse personnalisée au grand nombre de requêtes qui ne cesse d’augmenter sur son moteur de recherche, Google lance des mises à jour fréquentes sur ses algorithmes. L’objectif principal est d’améliorer la qualité des résultats de recherche et de proposer la meilleure expérience digitale possible. Les algorithmes s’adaptent aux comportements des internautes et de nouvelles règles sont créés ou modifiées en fonction de leurs besoins.

Les principaux algorithmes et leurs mises à jour :

  • Cafféine : Crée en 2010, il s’agit d’une refonte du système d’indexation de Google. Le crawl puis l’indexation de la page se font immédiatement contrairement à avant, où une page était indexée, une fois que Google en avait analysé et compris le contenu. La rapidité de l’indexation permet à ce dernier, de proposer du contenu beaucoup plus récent.
  • Panda : Lancé en 2011, c’est un filtre de recherche. Il pénalise les contenus peu optimisés, de faible qualité qui ne sont crées que pour le référencement. L’internaute doit être le centre d’intérêt de tout contenu disponible sur Internet. Il encourage les propriétaires de sites web à en améliorer la qualité et la pertinence. Le cas échéant, le propriétaire du site risque des pénalités. Cet algorithme est désormais pris en compte pour le classement dans les résultats de recherche.
  • Penguin : Lancé en 2012, il s’agit également d’un filtre de recherche. Les sites sont pénalisés au niveau de leur référencement naturel s’ils ne respectent pas les recommandations de Google dans leur acquisition de liens entrants. Il est important de vérifier régulièrement ses backlinks pour faire un peu de nettoyage si nécessaire.
  • Hummingbird : Crée en 2013. Hummingbird est l’un des algorithmes les plus importants. La requête d’un internaute est désormais prise dans son ensemble. Google comprend l’intention de recherche de l’internaute en fonction d’un ou plusieurs mots clés. Les réponses sont beaucoup plus précises et donc plus pertinentes.
  • Pigeon : Lancé en 2014. Cet algorithme favorise les résultats de recherche locaux. Les mises à jour sont visibles sur Google my Business et sur Google Maps (carte géographique). A un niveau digital, l’impact a été très positif sur les entreprises et les commerces locaux dit « de proximité » : magasins, restaurants, bars, coiffeurs. Les clients ou les prospects ont accès directement à des infos sur les lieux : l’adresse, les itinéraires, les temps de trajet, les horaires d’ouverture, des liens vers les menus ou les prestations proposés, les agendas pour les évènements importants.
  • Top Heavy : Crée en 2012. Top Heavy pénalise les sites qui font un usage excessif des bannières publicitaires dans le champ qui se situe au-dessus de la ligne de flottaison.
  • Mobile friendly : Crée en 2015, il concerne la compatibilité mobile. Ce critère de référencement est primordial pour Google. C’est dans ce sens que Mobile Index First a été déployé en 2017 ; le référencement naturel d’un site est désormais fait en fonction de sa version mobile car les utilisateurs passent beaucoup plus de temps à naviguer sur leur smartphone.
  • Rankbrain : Lancé en 2015. Rankbrain fait partie de l’algorithme Hummingbird. Il comprend les intentions de recherche des utilisateurs quelle que soit la façon dont la requête est formulée. Il est vraisemblablement le troisième critère important avec le contenu et les liens, pour le référencement Google. Il est alimenté hors-ligne par ce dernier via un fichier de recherches historiques qui permettrait à l’algorithme de faire des pronostics qui sont testés et par la suite, appliqués sur le moteur de recherche.
  • Phantom : Crée en 2015. Il doit son nom à un voile de mystère qui entourait son lancement. Des webmasters ont constaté des changements dans les résultats de recherche et ont interpellé Google sur les réseaux sociaux (Twitter) mais n’ont eu aucune réponse. Google a fini par confirmer qu’une mise à jour avait été lancé sur la qualité du contenu des sites internet. Toutefois, le mystère est encore d’actualité car on constate de temps à autre des modifications non officielles dans SERP sans avoir une idée concrète de leur importance.
  • Core update : Il y a eu plusieurs mises à jour de cet algorithme. Une première en 2018, concernant le ranking de certains sites dans des secteurs d’activité spécifiques. Une deuxième mise à jour en 2019, annoncée sur Twitter. Google a renforcé ses exigences au niveau de la qualité et des performances techniques : contenu optimisé et de qualité, bonne structure du site, expérience de navigation optimale pour l’internaute, bonne vitesse de chargement des pages et la recommandation d’un site en HTTPS. Un site de faible qualité est pénalisé sur son ranking global. La même année, Google lance la mise à jour « Site diversity », qui privilégie la diversité dans la SERP. Plusieurs pages d’un même domaine ne pourront pas être positionnées dans les premiers résultats de recherche afin de favoriser la concurrence. La dernière modification date de septembre 2019 mais elle n’a pas eu d’impact majeur sur le référencement.
  • BERT : Lancée en 2019, cette mise à jour est considérée comme étant l’une des plus importantes des 5 dernières années. Il s’agit de la contextualisation des mots-clés qui sont considérés dans leur ensemble, comme une expression, une phrase. Elle utilise l’intelligence artificielle. A l’heure où le digital s’impose à tout le monde et même aux plus réticents, le comportement des utilisateurs ne cesse d’évoluer. L’internaute formule ses requêtes différemment avec la recherche vocale, les questions écrites et Google veut fournir à ses utilisateurs des réponses précises qui répondent à leurs attentes.

Cette liste n’est pas exhaustive car il existe de nombreux changements algorithmes.

Google met à disposition des services gratuits pour optimiser le référencement

Pour aider à gérer et à améliorer le référencement naturel et payant d’un site web, Google a également mis à disposition des webmasters, des particuliers et des professionnels des services en ligne gratuits. Ils proposent de nombreuses fonctionnalités et permettent des analyses diverses en termes d’audience, de ciblage, de trafic et de suivi de position Google dans la SERP. Certains outils Google peuvent même être associés à d’autres pour une meilleure visibilité.

Nous en citerons quelques-uns :

  • Google Analytics vous permet de mesurer votre ROI par le biais de données telles que l’analyse du trafic des clients existants et des prospects, le taux de conversion, le coût par clic (cpc) et des options de filtrage par vue pour avoir des statistiques plus précises. Vous pouvez télécharger des rapports complets et les diffuser à vos partenaires ou à vos équipes.
  • Google Search Console est utilisé pour mesurer les performances d’un site internet et connaître le trafic de recherche : statistiques sur l’indexation des pages, le classement d’un site dans la SERP, les taux de clics et d’impressions générés par mots clés, la gestion des paramètres d’url. Cet outil vous permet également de télécharger des rapports que vous pouvez diffuser aux personnes concernées, au même titre que Google Analytics. Des messages d’alerte sous forme de notifications sont générés pour avertir le propriétaire du site, d’éventuels problèmes dans son référencement. Une nouvelle interface (2018) a vu le jour pour proposer d’autres fonctionnalités plus avancées.
  • Google Ads (anciennement « Google Adwords ») vous permet de lancer vos campagnes publicitaires afin d’être positionné sur les mots clés les plus pertinents en utilisant un système d’enchères. Les liens sponsorisés sont visibles dans les premiers résultats de recherche. Le but est de pouvoir avoir une bonne maîtrise du budget alloué à la publicité en ligne. Des codes qu’on appellerait plutôt des balises sont installés sur votre site et vous permettent d’obtenir des informations sur vos visiteurs. Vous pouvez, alors, créer une liste de remarketing et diffuser des annonces ciblées aux membres de cette liste.
  • Google Keyword Planner : ce service vous aide dans vos campagnes publicitaires sur Adwords. Il vous donne une liste de mots clés utilisés par les internautes dans la recherche des concurrents. Certaines astuces vous permettent d’utiliser ces informations pour le référencement naturel. Par exemple, les mots clés qui auront un gros volume de recherche donc qui seront très concurrentiels seront intéressants pour le SEO afin d’économiser le budget en SEA.

Pour activer ces services, le géant du web a pensé à tout : l’utilisateur doit obligatoirement créer une adresse de messagerie Gmail pour utiliser ces outils Google.

Bien que certains services de Google et sa position de monopole soient souvent critiqués, concernant les règles de confidentialité (domaine de la protection de la vie privée et des informations personnelles), la firme ne cesse de se développer et d’améliorer ses services au fil des années. Aujourd’hui, si vous recherchez des informations précises ou si vous souhaitez consulter les actualités les plus récentes, vous pouvez utiliser votre navigateur et accéder à des données numériques (articles informatifs, actualités, photos, vidéos, etc.) Google met l’internaute au centre de sa mission première en veillant sur la pertinence et la qualité des résultats proposés dans son moteur de recherche.

Découvrez nos agences :