Publié le 19 juillet 2019 à 14 h 31 min

Encore aujourd’hui, le SEO représente en moyenne près de 40% du trafic d’un site. C’est donc une part du trafic non-négligeable et une formidable opportunité pour les entreprises d’accroître leur visibilité.

Cependant, contrairement à ce que l’on peut croire, apparaître dans les résultats des moteurs et générer du trafic grâce au SEO n’est pas chose aisée et vous demandera quelques efforts.

Découvrez avec votre agence de référencement SEO quelques conseils qui vous permettront d’augmenter votre nombre de visiteurs organiques très facilement.

Créez du contenu de qualité

Depuis plusieurs années et la publication du guide des Quality Raters de Google en août 2018, une chose est sûre : la qualité des contenus est un facteur central du ranking d’une page dans les résultats de recherche.

Un texte bien écrit

Fini le temps du keyword stuffing à tenter d’insérer notre mot-clé le plus possible dans notre page ! Dorénavant, Google comprend de plus en plus grâce à ses algorithmes cette suroptimisation et privilégie les contenus avec un champ sémantique fort.

Le simple fait de bien rédiger un article vous permettra de performer dans les SERPs. En effet l’ajout de synonymes ou de mots-clés liés à votre thématique donnera de la puissance à votre page et montrera à Google que celle-ci est travaillée.

De plus, ne négligez pas la structuration de votre page. Si celle-ci n’est pas optimisée, votre page ne sera plus très efficace. Veillez à ce que votre page ait un H1 unique comportant votre mot-clé cible ainsi que des sous-titres H2 comportant des termes propres à votre thématique.

La longueur du texte

La qualité de votre contenu se joue aussi sur cet aspect. Le nombre moyen de mots dans les contenus situés en 1ère page sont de 1890 mots. Selon le contexte, 300 mots peuvent suffire mais reste assez faible pour se positionner sur des requêtes très concurrentielles.

La longueur recommandée pour être garantie que notre contenu ait de l’impact aux yeux de Google est 1000 mots.

Toutefois, si un grand nombre de mots est souvent corrélé à de meilleures positions, ce qui boostera votre trafic SEO et diminuera dans le même temps le taux de rebond sera la qualité des contenus présents sur votre site web. Un contenu de qualité avec de bons sujets est le critère numéro 1 pour l’acquisition de trafic sur Google.

Un texte unique

Cela peut paraître logique, mais il faut que votre contenu soit unique sur le web. Aucune phrase ne doit être reprise d’un article similaire sur le web sous peine d’être sanctionné par les algorithmes de Google avec un mauvais positionnement.

Selon la firme de Mountain View, 60% du web est dupliqué et n’a aucune raison d’afficher des pages en double. C’est pour ces raisons que Google fait la chasse au « duplicate content ».

Mettez en place une stratégie de netlinking

Souvent une partie négligée du SEO, le netlinking est pourtant déterminant afin de remonter dans les tops positions. Cela représente l’ensemble des liens provenant de sites externes (backlinks) pointant vers votre site.

Mais en quoi le netlinking contribue-t-il dans ma stratégie SEO ?

Google dispose dans son algorithme d’indicateurs de confiance pour chacun des sites indexés sur le moteur de recherche. Ceux-ci permettent de juger de la pertinence et de la qualité du site internet.

L’un des plus connu est le Trust Flow. Terme déposé par l’outil Majestic ©, le Trust Flow d’un site est représenté par un nombre entre 0 et 100. Plus celui-ci est élevé, plus le site est considéré comme « de confiance » aux yeux de Google.

Cet indice, plus il est fort sur votre page, plus il permettra à celle-ci de remonter dans les premières positions. Un bon netlinking est souvent le facteur déterminant pour arriver en première place sur des requêtes très concurrentielles.

Comment établir une stratégie de netlinking optimale ?

Autre point important pour bénéficier au maximum de la popularité des liens externes : les ancres de liens. En effet, c’est eux qui vont vous permettre d’accroître l’évolution de vos positions sur des requêtes spécifiques.

Si vous avez pour objectif de progresser sur le terme « assurance habitation » par exemple, un lien externe avec comme ancre de lien « assurance habitation » ou encore « assurance habitation en ligne » sera beaucoup plus efficace. On appelle ça « ancre optimisée » car optimisée pour le référencement. Bien évidemment, il faut que le lien en question emmène directement sur la landing page travaillant le mot-clé, et non essentiellement sur la page d’accueil.

Cependant, attention à ne pas en abuser ! Google fait très attention à ce que ces créations de backlinks restent naturelles et sanctionne donc toutes les suroptimisations d’ancres optimisées. Pour éviter d’être puni par Google, il est conseillé de respecter cette répartition : 80% d’ancres dites « naturelles » (« Cliquez ici », nom de la marque ou URL direct) et 20% d’ancres optimisées.

Optimisez votre site pour le Mobile-First Indexing

Nous savons qu’aujourd’hui, grâce à l’évolution des usages, plus de 50% des requêtes sur Internet se font sur mobile. Il est donc indispensable d’avoir un site « Mobile-Friendly ».

Une vision mobile avant tout

Si vous n’avez pas encore conçu votre site pendant que vous êtes en train de lire ces lignes, ce qui suit devrait vous intéresser.

Effectivement, comme indiqué précédemment, la recherche sur mobile n’avait jamais été aussi forte aujourd’hui et ne fera qu’aller en s’accentuant dans les années à venir. De plus en plus de générations utilisent constamment leur smartphone, et cela se ressent sur les moteurs de recherche.

Pour ces raisons, il est important dorénavant de se concentrer à l’optimisation de la version mobile de son site, et cela dès la conception du site.

Le SEO selon le mobile

C’est pour cela que Google a officialisé en Juillet 2018 que l’indexation et l’analyse du contenu de la page se fera sur la version mobile sur la plupart des sites grâce à son robot « Index Mobile First ».

Aujourd’hui, il existe un robot « Desktop » et un robot « Mobile » ayant pour but de passer sur chacun des sites afin de déterminer le positionnement de pages web sur une requête donnée. Cependant, l’indexation mobile reste le principal critère pour un bon positionnement et la version « Desktop », quant à elle, n’est qu’un « bonus ».

L’Index Mobile First va donc aussi bien déterminer le positionnement sur mobile que sur ordinateur.

Une expérience utilisateur irréprochable

Afin de garder les internautes sur un site mobile, une bonne expérience utilisateur (UX, « User eXperience ») est primordiale. Et ça, Google l’a très bien compris.

Chose qui n’était pas forcément un critère déterminant sur ordinateur, l’est aujourd’hui sur mobile : l’ergonomie web. Ce sont toutes les choses qui vont permettre à l’utilisateur de rester le plus longtemps possible sur le site, ou du moins de ne pas partir. Cela consiste à supprimer au maximum les points de « frictions » lors d’un parcours utilisateur.

Pour se faire, lors de la création d’un site Mobile-First, de nombreux points vont être traités et approfondies, comme le temps de chargement, la facilité de lecture, la facilité d’utilisation ou en encore l’accessibilité.

Cependant, le SEO classique est souvent délaissé sur mobile pour l’UX. Beaucoup ne voit pas ces deux leviers comme complémentaires. Et pourtant, si les deux aspects sont maitrisés, les tops positions sur Google sont assurés ! On parle souvent dans ce cas de SXO (SEO + UX, « Search eXperience Optimization »).

Travaillez les mots-clés longue traine

Lorsque l’on vient de lancer son business sur le web, il est parfois compliqué de se retrouver au top des moteurs de recherche car la concurrence y est déjà fortement présente et ça, sur des mots-clés génériques, c’est-à-dire à fort volume de recherche. Plus la concurrence est forte, plus il faut du temps pour réussir à monter dans les SERPs.

Pour ne pas être aspirer par cette concurrence et travailler l’acquisition de trafic, nous allons nous focaliser sur les mots-clés de longue traîne, qui contrairement aux mots-clés génériques, génère un volume de recherche plus modéré avec souvent un nombre de mots dans la requête plus important.

Par exemple, si vous êtes un vendeur de bracelet connecté, au lieu de travailler directement la requête « bracelet connecté » (14 800 recherches par mois) qui est déjà optimisé par les grands acteurs de l’e-commerce en France, nous allons plutôt travailler la requête « bracelet connecté cardio » (390 recherches par mois) ou encore « bracelet connecté gps » (210 recherches par mois). Ces mots-clés, certes génèrent moins de trafic, mais sont plus faciles à optimiser sur le court terme.

Afin de savoir si nos mots-clés longue traine représentent une réelle opportunité d’acquérir du trafic de qualité, nous pouvons aussi regarder si telle ou telle requête est travaillée en SEA et à quel point. Si celles-ci sont peu, voir pas travaillées, elles peuvent être intéressantes à optimiser en SEO.

Autre détail souvent négligé : le nombre de résultats naturels sur une requête. En effet, celui-ci peut aussi être un indicateur pour juger de la concurrence d’un mot-clé. Un mot-clé qui dispose de 300 000 résultats sera plus facile à optimiser sur le court terme qu’une requête avec 5 millions de résultats.

Vous désirez accroître votre visibilité sur le web avec une stratégie SEO correspondant à vos besoins ?

Contactez-nous !