Plusieurs choses font qu’un site web soit de très bonne qualité et qu’il réponde de ce fait aux règles mises en place pour qu’il soit par exemple bien référencé sur les différents moteurs de recherche.

Avant la conception d’un site ou bien même avant son amélioration et pour qu’il réponde aux différentes règles données, il faut se poser la question et se demander quelles sont les caractéristiques qui font d’un site web un site de qualité aux yeux des robots mais également aux yeux des internautes (User expérience). Vous pouvez également faire confiance à une agence qui dispose d’experts et de professionnels pour mesurer la qualité de votre site en faisant un audit et qui pourrait améliorer son accessibilité par exemple.

La première chose qui vous viendra à l’esprit est que pour vous ce qui importe le plus c’est le contenu, les vidéos et les images. Ces facteurs sont très importants mais ne sont vraiment pas les seuls à prendre en compte. D’autres facteurs sont importants pour construire et avoir un site de qualité.

écran ordinateur code site web

Il faut savoir que la plupart des internautes survolent les différentes pages web et ne lisent pas forcement tout pour avoir accès à l’information, donc si la page est construite d’une manière qui rendra la lecture difficile pour l’internaute, ce dernier va quitter votre site et ne reviendra pas forcément.

D’autres bonnes pratiques quant à la qualité d’un site web sont à prendre en compte comme la pertinence et la crédibilité. La crédibilité va booster la notoriété d’un site web, ce qui va vous permettre d’attirer de plus en plus de visiteurs ; venant pour l’essentiel après avoir entendu parler positivement de votre site. Donc il est essentiel de partager et de proposer des informations de qualité pour améliorer régulièrement votre image de marque et ainsi gagner en crédibilité. Cette notion de crédibilité est également importante du fait de la forte concurrence que l’on peut retrouver aujourd’hui sur le web avec tous les produits et services proposés. Il faut alors faire la différence face à cette concurrence rude surtout si vous avez en effet un site e-commerce et que votre but est de réaliser le plus de vente possible.

Après avoir parlé globalement des différents aspects d’un site de qualité, nous allons dans les parties qui suivent rentrer plus dans les détails du sujet en parlant plus précisément des éléments à respecter et à prendre en compte pour arriver à cette notion de qualité web. Nous allons en effet traiter les sujets concernant le contenu, le modèle VPTCS d’Elie Sloïm et Eric Gateau et enfin voir la qualité web en termes de SEO.

Le contenu, un élément parmi les plus importants pour la qualité web

Dans cette partie portant sur le contenu, les deux éléments principaux sur lesquels il faudrait tout d’abord se concentrer sont la pertinence et le contexte.

Cette pertinence qui est l’un des facteur clé passe par le fait que le texte doit être bien écrit et surtout informatif pour le visiteur. En effet, le visiteur doit trouver facilement l’information qu’il recherche et cela sans difficulté.

Un contenu de qualité peut être par exemple une information originale qui n’est pas forcément trouvable sur un autre site web mais qui en même temps reste vraie. Cette information doit être également ciblée et correctement optimisée. Car oui, en effet, il faut penser aux utilisateurs mais il ne faut pas oublier les moteurs de recherche qui prennent en compte sérieusement la qualité du contenu. Il faut que ces robots puissent facilement lire et visualiser le contenu. Attention au contenu caché donc !

Si les robots arrivent facilement à lire votre contenu, vous allez augmenter alors vos chances d’être bien positionné dans la SERP (résultat de recherche).

L’idée n’est donc pas de créer du contenu pour en avoir sur le site mais surtout pour répondre aux attentes et besoins de vos internautes.

Il faut également prendre en compte la longueur du contenu qui est un facteur important en fonction du nombre de page que vous avez et le type d’information que vous proposez.

Si vous possédez un blog, n’hésitez pas à proposer du contenu long. Un article fait pour améliorer le référencement web doit comporter environ entre 800 et 2500 mots, tout dépend du sujet.

Pour les lecteurs cela pourrait sembler long c’est pour cela que l’on précise qu’il s’agit bien d’un texte fait pour le référencement naturel d’un site web. Un texte fait pour les internautes peut comporter plus ou moins 1200 mots.

Attention, encore une fois le but n’est pas de gonfler les articles de mots juste pour avoir de la quantité. De nos jours la qualité prime face à la quantité. Ce qui est également compliqué à avoir c’est cet équilibre entre le référencement naturel web et la lisibilité pour les utilisateurs.

Il faut également faire attention à l’orthographe et à la grammaire qui non seulement peut vous pénaliser aux yeux des internautes ; et vous allez perdre en crédibilité ; mais également aux yeux des robots. Avoir un texte rempli de fautes et d’erreurs de grammaire peut vous pénaliser fortement.

Enfin pour cette partie, votre texte doit suffisamment être lisible pour être lu correctement. Il faut que le texte reste simple à lire et qu’il ne soit pas complexe à comprendre. Ne pas utiliser les mots inutiles et encombrants.

Le modèle VPTCS d’Elie Sloïm et Eric Gateau

Comme vous l’aviez bien compris, le fait d’avoir un site de qualité est bien évidement surtout pour satisfaire les visiteurs qui recherchent de l’information. Ce dernier doit être : visible, fonctionnel, utile, accessible, fiable, séduisant et souvent actualisé pour que les robots puissent venir souvent crawler (analyser) votre site.

D’autres pratiques vont venir se rajouter pour répondre à cette règle de qualité web comme l’ergonomie d’un site, l’information ainsi que l’engagement vis-à-vis des usagers.

Aujourd’hui nous pouvons retrouver un modèle qui a été mis en place par Elie Sloïm et qui est le modèle VPTCS. Ce modèle va permettre d’expliquer bien dans le fond cette notion de qualité web mais également comment la mesurer. Vous pouvez également grâce à ce modèle construire un cahier des charges complet.

Ce modèle vient répondre totalement aux attentes des utilisateurs. Il va mettre l’accent essentiellement sur le contenu et les services alors que tout ce qui est technique, visibilité et perception vont venir mettre en valeur les deux éléments précédents.

V de Qualité de visibilité :

C’est le fait qu’un utilisateur puisse reconnaitre et puisse utiliser votre produit ou service. Il s’agit ici de toutes les techniques utilisées pour que l’utilisateur soit au courant de l’existence d’un produit ou d’un service sur le net. Cela passe par la communication, le référencement et la popularité.

P de qualité de perception :

Cela va concerner la manière dont les utilisateurs vont percevoir ce que vous proposez. Les produits ou services doivent être perçus correctement par les visiteurs. Nous trouverons bien évidemment la notion d’usabilité, d’ergonomie et d’expérience utilisateur (UX). Le design peut également être inclus dans ces différents aspects mais reste très difficile à évaluer dans sa dimension purement esthétique. L’analyse du taux de rebond peut toutefois nous donner des informations sur la qualité du design d’une page.

T de qualité technique :

Cette partie va analyser tous les critères qui vont permettre à un site ou à un autre de fonctionner correctement pour partager l’information au mieux. Nous pourrions avoir la qualité du réseau, l’hébergement ainsi que la sécurité d’un site web. La qualité d’un site web doit alors passer par une qualité technique irréprochable.

C de qualité du contenu :

Nous avons déjà parlé des contenus dans la partie précédente, mais il faut savoir qu’Elie Sloïm a bien intégré ce critère dans ce modèle. Il faut alors faire de la création et de la production de contenu de qualité et adéquat aux services ou produits proposés, mais également bien le maitriser. Comme vu précédemment, ce contenu doit être lisible mais surtout pertinent.

S de qualité des services associés :

Cela concerne surtout les sites E-commerce. C’est le fait de proposer d’autres services en plus du service ou du produit principal comme par exemple la livraison, le SAV, le support technique, etc. Ce sont en effet des critères pris en compte pour mesurer la qualité de votre business.

Elie Sloïm est allé plus loin en coordonnant un collectif qui a porté un projet qui se nomme Opquast (Open Quality Standards) qui vous permettra d’apprendre et d’avoir une certification relative aux meilleures pratiques de qualité web en proposant une formation complète. Un livre est également disponible.

Qualité d’un site web en termes de SEO :

Cette dernière partie rejoint les deux précédentes. En effet, elles sont totalement reliées puisque la qualité web d’un site doit se mesurer en partie par le biais de critères SEO qui sont essentiellement la technique, le contenu et les liens (externes) mais également la satisfaction de l’utilisateur.

Vous avez à votre disposition plusieurs outils pour analyser votre performance SEO. Ce sujet est traité dans un des articles que nous vous proposons sur le site de votre agence SEO Pixalione.

Au niveau technique, il faut surtout faire en sorte d’avoir, pour votre site web, un code source propre afin de faciliter, sur les moteurs de recherche, le travail des robots d’indexation consistant en l’identification des balises sémantiques. Ce qui pourrait être pris en compte dans cette partie technique est tout simplement le code HTML, les balises title, les balises meta description, les URLs, les redirections, etc. Il faut que tout soit clair aux yeux des moteurs.

Quant au contenu sur votre site, il faut qu’il soit idéalement et régulièrement mis à jour. Vous devez également animer votre site avec des vidéos, des documents à télécharger et des images pour augmenter votre pertinence. Il faut juste faire attention à ne pas trop surcharger vos pages pour éviter un temps de chargement trop élevé.

La qualité des liens vous permettra d’augmenter la notoriété et la popularité de votre site. Plus le nombre de sites qui parlent de vous est élevé, plus vous allez améliorer la popularité de votre site. Il faut faire en sorte que les sites qui parlent de vous soient des sites avec de la notoriété et considérés comme fiables aux yeux des moteurs. En plus des liens externes, il faut également travailler le maillage interne de votre site en reliant toutes les pages entre elles. Pour aller plus loin, il est possible aussi de créer des cocons sémantiques en reliant toutes les pages ayant le même champ sémantique pour ainsi booster et donner du jus à une page catégorie par exemple que vous souhaitez faire remonter en vue de lui faire gagner des positions sur la page de résultats du moteur de recherche.

Enfin la satisfaction utilisateur va être mesuré par le taux de conversion sur votre site. En effet, mettre en place toutes ces techniques va améliorer votre référencement et vous serez de plus en plus visible sur les moteurs de recherche mais il faut également faire en sorte de susciter l’intérêt pour que les internautes puissent convertir grâce à la présentation de votre site, des descriptions, caractéristiques, etc. Ainsi vous améliorerez vos performances. Il s’agit d’un sujet important pour améliorer votre présence sur internet, aussi ne négligez pas ces aspects qui complètent votre formation en référencement naturel et qui sont utiles pour vous aider à atteindre vos objectifs.