Lors de la programmation et de la configuration d’un compte Analytics, via Google Tag Manager (GTM), il est régulièrement nécessaire de tester sa programmation, vérifier la nomenclature d’une variable, s’assurer de la méthode la plus certaine pour l’atteindre et l’exploiter.

Les informations nécessaires à envoyer à l’outil Analytics, dans une configuration poussée et optimale, supposent une certaine rigueur dans la programmation. En dehors de tout problème pouvant survenir, la bonne remontée des variables est un impératif.

Google Tag Manager propose une console de vérification qui affiche clairement la façon dont le tag manager va gérer les balises et les déclencheurs. Elle permet également de suivre les appels donnant accès aux variables, surtout dans les environnements dynamiques sans rechargement de page (et donc de conteneur).

Accessible par le lien « prévisualiser », en haut à droite du compte GTM, avec un accès utilisateur donnant droit à modification, cette console offre une lecture claire de la programmation effectuée. Sa seule utilisation peut déjà permettre de résoudre la plupart des problèmes rencontrés lors d’une configuration.

Elle reproduit le comportement des différents tags programmés, permettant de s’assurer des déclencheurs, mais elle offre également la possibilité de voir le contenu d’un tag, sa bonne récupération des variables embarquées.

En parallèle, la lecture du code source peut aussi, dans le meilleur des cas, apporter des réponses. Seulement, dans certains environnements, il est particulièrement ardu d’y retrouver son code, lequel pouvant être embarqué dans des librairies non visibles.

Pour contourner ce point, il est également possible d’utiliser la console du navigateur (touche F12) qui offre la possibilité d’afficher non seulement le datalayer, ses différents pushs, de tracer les appels sortants et de lire le code source de la page, comprenant également les librairies cachées. Grâce à cette console, on peut aussi interroger le code source d’un élément précis, par simple clic-droit dessus.

Ces deux outils combinés permettent de traiter et programmer l’intégralité d’un compte Analytics.

Cependant, la console GTM présente parfois des inaptitudes à certaines configurations, pouvant rendre peu fiable des vérifications. Dans certains cas, le comportement constaté sur la console ne sera pas reproduit à l’identique, lors de son utilisation standard.

Dès lors, utiliser un dernier outil, peut contourner ce problème. Google propose, sur le navigateur Chrome, l’installation d’un plugin d’extension nommé Google Tag Assistant, qui donne également es informations précises sur les tags Google installés, leur comportement et leur configuration.

Malheureusement, cet assistant contient, lui-aussi, quelques limites, puisqu’il ne reconnait pas toujours correctement la configuration d’un compte Analytics effectuée par l’intermédiaire de Google Tag Manager et peut laisser croire à une mauvaise implémentation des balises, puisqu’il ne reconnait, comme correcte, que celle programmée en dur, dans le code source de la page.

Une fois les limites de chaque outil connu, leur utilisation combinée permet de contrôler toutes les situations de tracking programmée et donc de s’assurer de la bonne remontée des informations, du comportement clair et efficace de chaque balise.

Bien évidemment, de tels outils d’aide et de contrôle, ne remplacent pas la vue statistique sur Google Analytics, qui est la première étape de vérification à effectuer. Mais leur aide est d’un réel secours pour les équipes de consultants Analytics, mais aussi pour le tracking média qui utilise également l’outil GTM.

Il faut cependant savoir lire un code source pour exploiter pleinement la console du navigateur, lorsque cette connaissance n’est pas utilisée sur le debugger de GTM ou l’extension Chrome du Tag Assistant.