Les six degrés de séparation

Bien qu’elle ait été popularisée par les réseaux sociaux, la théorie des 6 degrés de séparation est plus vieille que l’informatique. Élaborée par le hongrois Frigyes Karinthy  qui n’était ni sociologue ni mathématicien mais un homme de lettres qui avait fait des 6 degrés de séparation le thème d’une de ses nouvelles. L’idée présentée, à savoir que deux personnes sur la planète ne sont éloignées au maximum de 6 poignées de main. Dès 1930, il postulait que les progrès dans les domaines de la communication et des voyages favorisaient la création de réseau relationnel de plus en plus étendus géographiquement. Karinthy posait l’hypothèse d’un monde en court de rétrécissement et que malgré les grandes distances physiques entre les individus sur la planète, densité des réseaux humains d’une part et la plus grande interconnexion permettait aux distances sociales de s’abolir.

Ce faisant, il a posé les bases des théories des réseaux dès les années 1930 et surtout généré un intérêt sans précédent pour leur étude.

Les réseaux sociaux ou réseaux d’influence et plus généralement l’étude des réseaux quel que soit le nom qu’on leur donne ont été au cœur de la recherche en sociologie, mais aussi en mathématique et en physique pendant toute la seconde partie du 20ème siècle. La première confirmation officielle de la validité de la théorie de Karinthy fut apportée lorsque le sociologue Stanley Milgram a opérationnalisé une expérience pour vérifier l’hypothèse  à la fin des années 60.

Plus tard, l’arrivée du Web 2.0 et l’avènement des réseaux sociaux ont apporté aux sociologues les outils rêvés pour vérifier cette loi empirique  « grandeur nature ». Et l’hypothèse a été largement confirmée puisque les études menées sur les grands réseaux sociaux montrent que la réalité est souvent plus proche de 5 degrés de séparation que de 6. Résultat logique car des réseaux comme Facebook n’étant pas totalement exempts de structure sociale passer d’un « groupe » à l’autre peut aller parfois très vite.

Les 6 degrés et internet

Sans être une application directe de la théorie des 6 degrés de séparation, la conception d’internet est étroitement liée aux travaux menés depuis 1930 sur la théorie des réseaux. Et les bases du calcul des routes reliant entre eux les différents réseaux qui composent le World Wide Web et qui permettent de relier entre eux deux ordinateurs quelconques cherchent toujours à optimiser le nombre de degrés de séparation, c’est à dire le nombre de réseaux ou de nœuds séparant l’émetteur de la demande de son destinataire. Cette optimisation étant la meilleure manière de limiter l’engorgement des réseaux dans la mesure où «  une information » qui circule sur le réseau le moins longtemps possible va ainsi utiliser moins de capacité.

Les 6 degrés et les réseaux sociaux

Facebook ayant été créé comme une forme de lieu d’échange réservé aux élèves d’Harvard, on ne peut dire que la théorie des 6 degrés de séparation est à l’origine du réseau le plus célèbre du monde. Cette théorie du petit monde est évidemment un des facteurs de succès de ce réseau et de son développement exponentiel. En revanche, elle est évidemment à l’origine de la création de réseaux professionnels comme LinkedIn. Par ailleurs, qu’ils soient privés ou professionnels les réseaux sociaux ont construit leur succès sur le principe que « le monde est petit ».

Avec un bémol cependant : pour que ce monde soit effectivement « petit » en dehors d’un cadre expérimental, il faut intégrer la notion d’engagement. Par engagement, on entend la participation franche de chacune des personnes partie-prenante à la chaîne mais aussi sa capacité à faire en sorte que la personne suivante participe.

Le nombre de Drunbar

Cet engagement  suppose des liens forts pas toujours existants sur les réseaux sociaux sur lesquels la tendance est souvent de privilégier la quantité de contacts à la qualité de chacun.

Or le nombre maximum d’amis avec lesquels un individu peut tisser des relations de confiance a été évalué en 1992 par Robin Drunbar à un nombre se situant entre 100 et 230. On admet en général que le nombre maximum pour un individu lambda est de 150.

Le réseautage

Au-delà des réseaux sociaux personnels autant que professionnels, la théorie des 6 degrés de séparation est aussi au cœur du « réseautage » professionnel. Le principe s’est largement développé avec les réseaux d’anciens des « Grandes Écoles », avant même l’arrivée de l’informatique. Les connexions étaient relativement faciles à établir, le nombre de degrés de séparation, dans ce type de groupes sociaux « hyper structurés » étant souvent compris entre 2 et 3.

Les limites de l’efficience de la théorie

Si l’hypothèse formulée en 1929 par Karinthy est indiscutablement en théorie valide, elle a besoin de conditions extérieures pour s’opérationnaliser. La principale de ces conditions  étant que les  interlocuteurs constituant la chaîne de transmission jouent leur rôle de passeur. Et aujourd’hui, chacun est en permanence sollicité par « son réseau » ou ses réseaux.  Que ce soit dans le cadre privé et plus encore professionnel. La conséquence directe de cette surutilisation des outils de réseautage étant une forme de lassitude des contacts et par là même une perte de dynamisme et des chaînes qui s’arrêtent souvent en cours de route. Et de facto, si chacun est encore à moins de 6 poignées de mains  de quiconque sur la planète, il n’est pas certain que cette proximité théorique ait toujours des conséquences pratiques, surtout si la demande est particulièrement engageante. D’où l’intérêt soit de raccourcir les chaînes en limitant le nombre de degrés de séparation soit de  travailler sur l’engagement des maillons en apportant de la réassurance.

Les 6 degrés et le SEO

Travailler sur le partage de vos pages internet, des posts de votre blog pour élargir votre lectorat ou votre portefeuille de consommateurs potentiels est un des éléments clé du développement de votre visibilité sur internet. Et c’est aussi une pure mise en pratique de la théorie des réseaux, à la base du marketing viral. Un sujet à aborder avec votre agence SEO tant il est un incontournable pour l’amélioration de votre visibilité sur la toile.