Les métamoteurs

Construit sur le préfixe grec « meta » qui peut s’interpréter comme « au-dessus de » ou « qui englobe », un méta-moteur est un moteur de recherche qui va chercher ses informations non pas directement sur les pages stockées sur le Web mais en allant interroger les autres moteurs de recherche. Concrètement, le méta-moteur transmet votre requête à plusieurs moteurs de recherche et retourne les résultats de chacun d’eux. Ainsi, ce méta-chercheur permet aux internautes de n’entrer leur requête de leur recherche qu’une seule fois et d’accéder aux réponses de plusieurs moteurs de recherche différents.

Métamoteurs et recherche

Un gain de temps évident En permettant un accès simultané aux résultats d’un grand nombre de moteur de recherche (il en existe des dizaines), les métamoteurs sont un gain de temps tant pour les recherches sur internet que par exemple dans les bases de données universitaires. En la matière un méta-moteur adressera la requête simultanément au moteur de recherche de chacune des bases de données universitaires concernées évitant au chercheur d’avoir à répéter sa requête un grand nombre de  fois à différentes bases.

Par ailleurs, un méta-moteur sera toujours en veille pour surveiller l’apparition de nouveaux moteurs de recherche et les intégrer à ses propres algorithmes, ce que l’internaute ou le chercheur n’a pas forcément le temps de faire, se contentant assez rapidement de faire ses recherches avec son ou ses moteurs habituels.

Des résultats ordonnés. L’autre avantage des méta-moteurs dans le cadre de recherches renvoyant de nombreuses occurrences c’est de fournir un résultat dédoublonné (avec ou sans indication des moteurs ayant fourni le résultat), parfois avec des indications de rang de sortie. Cette indication est utile notamment pour une agence SEO qui aura ainsi une vision globale des résultats renvoyés par les différents moteurs à telle ou telle requête. Par ailleurs, la plupart des méta-moteurs agrégeant les résultats le font en affichant en premier les résultats affichés par plusieurs. Ce qui permet par exemple dans le cadre d’une recherche internet de faire ressortir un résultat qui serait sur le page 1 de Bing et Yahoo mais loin sur Google. D’où, de facto une amélioration de la pertinence de la recherche. Enfin certains méta-moteurs permettent d’associer un classement des résultats par thèmes (classement de type annuaire) en plus d’un classement classique en fonction de la pertinence évaluée par l’algorithme des moteurs. En structurant les résultats autrement cela permet parfois d’avoir une vision différente du sujet.

Des scripts de recherche personnalisée. Conceptuellement, un méta moteur peut également permettre d’écrire des scripts de recherche personnalisés (comme le faisait Copernic Agent) de façon à intégrer les résultats selon une équation propre à l’utilisateur. Cette souplesse dans le pilotage de la recherche permettait par exemple d’extraire de l’information des pages lointaines de Google de manière automatisée et en fonction de critères spécifiques. A noter que certain méta-moteur propose des thématiques de recherche et utilise des algorithmes de remontées de résultats différents (par exemple en allant chercher sur les pages lointaines des informations spécifiques).

Méta moteurs et confidentialité

En établissant, à la manière d’un proxy, une barrière entre l’internaute et le moteur de recherche, le méta-moteur, sous réserve qu’il ne trace pas lui-même  ses visiteurs garantie une confidentialité de la recherche. Dans tous les cas, il interdit aux moteurs de recherches « commerciaux » tel Google, Bing ou Yahoo de déposer des cookies sur l’ordinateur de l’internaute. Certains métamoteurs font de  cette garantie de confidentialité un argument pour convaincre les internautes. Mais avec le développement de moteurs de recherche comme Qwant  ou IXQuick, qui s’appuient sur la garantie de confidentialité de la recherche,  cet argument perd en pertinence.

Quel modèle économique ?

Sauf à risquer d’être obsolète très rapidement, il est impossible de dresser une liste des métamoteurs existant sur le marché. Il n’est qu’à cliquer sur les liens de la fiche Wikipédia consacrée aux métamoteurs pour se rendre compte du phénomène. Les méta-moteurs peinent à exister en dehors d’un modèle calqué sur celui de Google en intégrant la commercialisation de publicité dans les pages de résultats. Or, jusqu’à présent l’argument majeur utilisé par les méta-chercheurs pour convaincre les internautes était justement celui de l’absence de publicité/cookies/traçage. Par ailleurs des modèles payant comme Copernic Agent et destinés aux entreprises n’ont pas résisté dans un univers où la recherche sur internet est gratuite presque par définition.

Métamoteurs et SEO

Aujourd’hui, l’environnement de la recherche sur internet est tel qu’un bon SEO est avant tout un SEO qui permet d’améliorer le référencement naturel sur Google. Cependant une agence SEO à tout à gagner à utiliser les méta-moteurs pour tester ses actions d’optimisation, d’une part pour apprécier de manière synthétique l’impact de ses actions sur les 3 moteurs de recherche majeur et d’autre part pour avoir une idée, sans y passer trop de temps, de la manière dont les sites dont elle a la charge sont référencés sur les moteurs de recherche de deuxième rang.