Moteur de recherche sémantique

Avec la recherche sémantique, les moteurs de recherche ne se contentent plus de donner des réponses à partir de simples mots-clés détachés de leur contexte initial, mais tentent de décrypter l’intention réelle de l’internaute et le sens exact des mots, afin de proposer des résultats de recherche beaucoup plus pertinents. Mais comment ce projet fonctionne-t-il exactement ?

La sémantique consiste en l’analyse des mots dans un contexte bien précis, ainsi que l’étude de leur sens. Si les moteurs de recherche la prennent désormais en compte, c’est parce qu’elle permet de révéler l’intention de l’utilisateur et la nature de ce qu’il recherche exactement.

Pour ce faire, le moteur de recherche examine l’idée de base qui sera potentiellement sous-entendue derrière les mots employés : concepts, formules, synonymes, sémantique… Mais aussi le langage oral, qui occupe une place déterminante dans la compréhension des mots et leur contexte. Le moteur va alors rechercher et piocher des informations au sein de réseaux très volumineux, qui vont se former de façon naturelle par association entre « carrefours d’idées » et attributs. En d’autres termes : c’est comme si un dialogue interne prenait forme entre la personne effectuant une requête et le moteur de recherche, afin de judicieusement personnaliser les réponses qui seront apportées dans les pages de résultats.

Une grande révolution dans l’univers de la recherche sur Internet. C’est d’ailleurs grâce à l’émergence de la sémantique que sont apparues un grand nombre d’autres algorithmes et technologies intelligentes comme l’outil d’assistance vocale, entre autres.

Recherche sémantique et référencement

Avant que la sémantique ne prenne contact avec Internet, lorsqu’un moteur de recherche analysait une page web, il ne détectait que des segments statistiques, et non pas les mots en eux-mêmes. Ces-derniers ne représentaient donc rien de particulier sinon qu’un assemblage de caractères, avec lequel le système allait détecter des occurrences dans un autre texte source. C’était par conséquent les éléments de similarité entre les réponses et la requête d’origine qui allaient déterminer si le contenu du résultat pouvait être pertinent ou non.

Ce mode de procédé était toutefois très facilement contourné : il était par exemple possible de créer un site dont le contenu peu pertinent ne mentionnait que des expressions à répétition, truffé de liens et dont l’objectif était uniquement d’augmenter le ranking (système de notation permettant d’évaluer le positionnement d’un site) afin d’arriver en tête des résultats de recherche. Grâce à la recherche sémantique, qui déchiffre le contenu d’une page et parvient à en déterminer le sens réel, il n’est plus possible aujourd’hui de détourner le référencement en usant de tactiques comme c’était autrefois le cas. Elle est de ce fait indissociable du SEO et a amorcé, entre autres, une évolution graduelle vers un système de recherche plus perspicace, non plus axé seulement sur les mots-clés mais aussi sur les synonymes et champs lexicaux.

En conséquence, les agences SEO ont été contraintes de s’adapter au procédé de la sémantique, qui a considérablement bouleversé la lecture de Google sur le contenu. Pour se positionner en tant que numéro un, il faut désormais combiner marketing ; rédaction Web et problématiques SEO, qui ne sont plus des catégories séparées mais bien une seule et même stratégie. Seules les sources proposant du contenu fiable et de façon continue dans leur domaine de prédilection pourront alors tirer leur épingle du jeu.

Comment produire du contenu sémantique ?

En vérité, il n’y a rien de plus simple – ou presque, car il s’agit d’un processus à la fois complexe et allant à l’essentiel… Aux yeux de Google, la pertinence d’un texte va en effet être déterminée par son authenticité, contrairement à ce qui était le cas auparavant : est-ce qu’il sonne naturel lorsqu’il est lu ? Les phrases pourraient-elles être inclues dans une conversation de la vie de tous les jours ? Est-ce que c’est compréhensible, simple et lisible ? Comment entendez-vous votre texte lorsque vous le lisez à voix haute ? Ces questions vous aideront à optimiser le contenu de votre document de la façon la plus naturelle qu’il soit. Nul besoin par ailleurs de savoir coder, le balisage se fera de lui-même…

Il est également indispensable de structurer vos écrits de façon à ce que chaque page soit compréhensible par le moteur de recherche qui va la consulter : qu’est-ce qu’il se trouve sur ce site ? Par où est-ce que l’on commence et où est-ce que l’on arrive ? Un peu comme si on voulait expliquer quelque chose non plus à l’internaute mais au moteur de recherche lui-même, qui « appréciera » d’autre part avoir des liens internes vers lesquels rebondir afin de faire des associations intelligentes.

Bref, il faut être clair, logique, structuré (utiliser des formules basiques mais efficaces comme sujet + verbe + complément) tout en donnant des informations pertinentes et régulièrement mises à jour. Mais ce n’est pas tout : il faut savoir que la pertinence d’un contenu sera également déterminée par une présence sur les réseaux sociaux, une identité, un rôle bien défini et une valeur ajoutée qui vont instaurer un climat de confiance et, par conséquent, accroître la visibilité et l’engagement vers la source dont il est question.