La rédaction interactive

La rédaction interactive forme, avec la rédaction professionnelle et la rédaction référencée, ce qu’on qualifie d’écriture web, c’est-à-dire un style d’écriture qui s’adapte aux moteurs de recherche et à la logique des internautes. Contrairement à la rédaction professionnelle, apparue avec la naissance de l’écriture, la rédaction interactive et la rédaction référencée évoluent avec le web et les standards de communication qu’il véhicule.

Les étapes au moment d’aborder la rédaction

La rédaction interactive répond à des règles d’ergonomie propres à la lecture sur le web. Tout en facilitant la lecture, il faut cependant respecter les principes de référencement.
Après avoir défini sa cible et identifié les mots-clés, il faut encore réfléchir à quelques points avant la phase d’écriture. En premier lieu, il est judicieux de définir l’angle du texte qui va être produit. En fonction du site et du public visé, ainsi que du message que l’on souhaite faire passer, on peut écrire sous divers angles : émotionnel, historique, politique…

Ensuite, il faut être bien au clair sur la ligne du message que l’on souhaite partager dans son article. Réunir toutes les informations essentielles, les classer par ordre d’importance, tout cela permet de ne pas se disperser et d’aller droit au but. Une des règles à suivre est la suivante : l’article doit se baser sur les réponses aux questions des 5W anglais (ou QQQOPCC en français, bien moins aisé à retenir !). Ces 5W sont les questions suivantes :

  • Who ? c’est-à-dire : pour qui rédige-t-on ? Avec qui ? Au nom de qui ?
  • What ? c’est-à-dire : que rédige-t-on ?
  • When ? c’est-à-dire ; quand ? Est-on en train de suivre une planification de publications ? Y a-t-il un événement spécial ?
  • Where ? c’est-à-dire où ? Sur quel support ?
  • Why ? c’est-à-dire : pourquoi ? Quels sont les enjeux ?

Ces 5 axes peuvent être complétés par les 2H (how ? comment ; how much ? combien).
Autre question essentielle avant la rédaction : quel genre choisir ? Veut-on un reportage, une analyse ou encore une interview ? Le ton ne sera évidemment pas le même, ni le traitement de l’information.

Vient ensuite la rédaction du titre. Le titre principal (H1) est un résumé de la page et se trouve bien sûr en tête d’article. Sa police et sa typographie jouent un rôle car elles permettent l’identification immédiate du titre. Le texte se déroule ensuite sous forme de paragraphes (H2) identifiés par une autre taille de police par exemple. Associé au titre H1, on peut mettre en place un chapô, dont le rôle sera de diffuser le message essentiel de l’article. Ainsi, la lecture consécutive du titre et du chapô permet de saisir la substance du message. Souvent repris par les moteurs de recherche en l’absence de meta description, le chapô est un élément à soigner.

La phase d’écriture

Une fois ces étapes préalables terminées, il est temps de rentrer dans le vif du sujet et de commencer la rédaction. Avant toute chose, il est indispensable, comme on le ferait pour un article de presse ou un livre, d’établir un plan. Voici plusieurs types de plan qu’il est possible d’appliquer dans la rédaction interactive :
  • Plan dialectique : ou la classique thèse, antithèse, synthèse. Ce n’est peut-être pas le plus adapté à l’écriture web car ce qui intéresse le plus le lecteur sera finalement la synthèse. Pour pallier à ce problème, on peut déjà mettre la synthèse dès le chapô.
  • Plan chronologique : comme pour le plan dialectique, l’information principale n’arrive pas immédiatement, mais en fonction de la chronologie des faits. Afin que le texte soit plus adapté au web, on peut en revanche opter pour un plan chronologique inversé. L’information principale arrivera donc dès le début.
  • Plan en pyramide inversée : il part du plus important (5W) pour terminer par les informations secondaires.
  • Plan en sablier : il garde certaines informations importantes pour la chute du texte et laisse ainsi le lecteur sur une image forte.

Une fois le plan choisi, il faut bien sûr penser à faire remonter les mots-clés préalablement définis.

Le contenu rédactionnel d’un site est à lui seul un levier essentiel pour le référencement naturel. En effet, il permet d’atteindre l’internaute en le touchant, ou en l’informant. Il doit lui donner l’envie d’en savoir plus et donc de cliquer sur les hyperliens, de poursuivre sa navigation sur le site et ainsi d’accroître sa visibilité. Des textes pertinents, lisibles et allants à l’essentiel sont un atout majeur pour l’optimisation du référencement d’un site. Les rédacteurs web doivent se mettre au service du site en ne négligeant pas les aspects liés à l’indexation des moteurs de recherche. Au même titre qu’un spécialiste AdWords ou qu’un community manager, ils ont toute leur place dans une agence SEO.